Des aides techniques pour les Dys

Des aides techniques adaptées

pour la compensation et pour suppléer aux difficultés d’apprentissage des Dys

Les aides techniques, lors qu’elles sont adaptées aux besoins des utilisateurs et à leur environnement peuvent constituer des outils qui vont leur permettre de dépasser certaines difficultés d’apprentissage. Nous avons souhaité dans cette ressource, définir ce que sont les aides techniques, identifier leurs fonctions de compensation et d’étayage et proposer une veille technologique en nous appuyant sur des outils pour lesquels nous avons testé les usages.

Vous pouvez accéder à ces contenus en utilisant le menu ci-dessous ou en téléchargeant la ressource complète au format PDF.

Selon la norme internationale qui classifie les produits d’assistance pour les personnes en situation de handicap (lso 9999,) une aide Technologique correspond à : « …tout produit (y compris tout dispositif, équipement, instrument et logiciel) fabriqué spécialement ou existant sur le marché et utilisé par ou pour des personnes handicapées pour la participation, pour protéger, soutenir, rééduquer, mesurer ou substituer des fonctions organiques, des structures anatomiques ou des activités , pour prévenir Ies déficiences, Ies Iimitations d’activités et Ies restrictions de participation ».

Benoit et Feuilladieu,(2017) définissent l’opérationnalité inclusive des aides techniques, comme :   « une utilisation de I ’outil numérique qui rend I ’élève capable d’agir comme ses pairs dans la situation d’enseignement-apprentissage en le prémunissant contre le hors-jeu didactique »

Plusieurs fonctions peuvent être attribuées aux aides  techniques (Benoit et Sagot 2008) :

  • la fonction tutorielle qui propose l’ordinateur et ses logiciels comme des sortes de répétiteur avec des batteries d’exercices systématiques ;
  • la fonction procédurale : l’informatique est un vecteur de réflexion et offre des supports spécifiques pour favoriser le raisonnement, voire organiser la pensée ;
  • la fonction communicationnelle : englobe les possibilités de consulter et d’échanger des ressources ;
  • la fonction supplétive ou prothétique : l’ordinateur devient un outil capable de suppléer directement ou indirectement une fonction déficitaire “faire quand on ne le peut pas” ;
  • la fonction augmentative   permet de faciliter et d’optimiser certaines capacités que déploient déjà les enfants, mais de façon amoindrie. L’ordinateur permet ici une meilleure efficience des productions des élèves et donc d’augmenter leurs performances qui sans cette aide seraient moins opérationnelles.

Il existe un grand nombre d’aides techniques pour les Dys sur le marché et de nouvelles applications sont développées en permanence. Nous avons retenu des aides adaptées aux besoins des utilisateurs et à leur environnement, de manière à leur permettre de dépasser certaines difficultés d’apprentissage. Nous avons testé ces outils au sein de l’accesslab, et accompagné des apprenants ou des professionnels à leur prise en main. Nous avons ainsi pu identifier des usages dans un contexte scolaire ou professionnel. Enfin, nous avons sélectionné, quand cela était possible, des aides gratuites ou à des prix abordables pour des familles et des établissements. Sauf exception, nous avons fait le choix d’outils développés pour l’environnement windows.

Conférence à destination des enseignants et personnels de l’université, pour une meilleure prise en charge des étudiants Dys

Partie I « Les « Dys », de quoi parle-t-on? » – Mélanie Jucla Maître de Conférences en Sciences du Langage à l’Université Toulouse

Introduction de 0 à 21’37’’

TDA/H de 21’38’’ à 37’21’’

Trouble développemental du langage de 37’22’’ à 54’29’’

Trouble développemental de la coordination de 54’30’’ à 1h00’24’’

Dyscalculie de 1h00’25’’ à 1h03’23’’

Dyslexie de  1h03’24’’ à 1h19’25’’

Conclusion de 1h19’26’’ à 1h28’07’’

Partie II « Les « Dys », quels outils numériques pour la remédiation? » – Laetitia Branciard, Ingénieure de recherche Multimédia ENSFEA

de 1h28’08’’ à 2h24’41’’

Partie III – échanges entre les participants  et les intervenantes

de 2h24’42’’ à la fin

Groupe d’Animation et de professionnalisation sur les troubles des apprentissages (GAP Dys)

Rédaction :

Laetitia Branciard, Laure Duret, Marc Guillebot, Nathalie Lefranc, Hervé Lipp, Isabelle Lobello

avec l’aide de Brigitte Chaput enseignante de Mathématiques à l’ENSFEA

Haut de page ↑  
Secured By miniOrange